mardi 14 juillet 2015

Éternité

    Tout semble dormir.

    Les roches siègent, immobiles, sur le terrain accidenté. Le sable macule l'herbe rase comme le sang séché d'une blessure ouverte. L'eau stagne sur une plate-forme étroite, à peine troublée par les torrents argentés qui déversent les glaciers en son sein. Le souffle du vent effleure la verdure sans même un frémissement.
    La montagne semble dormir du sommeil de la mort.

    Le ciel n'a pas de nuages. Sa couleur bleue, profonde, élargit l'espace à l'infini. La lumière dessine les ombres et les reliefs, chauffe l'air et laisse sa caresse sur ce paysage désert. La surface de l'eau scintille.
    Mort ou éternité ?

    Un pas, dans cette quiétude. Un pas qui, un instant, fait trembler le sol et grincer les pierres. L'herbe frissonne. Le silence persiste.
    Le pas ancre sa marque. L'homme s'est arrêté au bord du paysage. Il se tait, contemple. On pourrait ne pas le remarquer. Sa présence, néanmoins, transforme les lieux en profondeur.

    C'est un homme grêle au visage chaotique, ou un de ces princes racés. Peu importe.
    Il est beau.
    Il observe. Il respire. Il sourit. La nature sourit avec lui.

    Sa joie ne laisse plus de doute. Cette terre est d'éternité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire