lundi 7 juillet 2014

La transparente

    Elle est aux petits soins avec eux.
    Quand ils arrivent, ces touristes aux vêtements colorés, elle est déjà levée depuis de longues heures. Derrière leurs grandes lunettes réfléchissantes aux montures dorées, ils lui ressemblent beaucoup. Elle se reconnaît dans leurs gestes, dans leurs paroles. Ils ne sont pas aussi importants qu’ils le font croire. Parce qu’ils sont en vacances, néanmoins, ils ont presque tous les droits.
    Ce matin, elle a nettoyé les lieux, vidé les poubelles, ramassé les déchets tombés à terre, pour que tout soit propre et agréable. Pour eux. Elle s’est brisé le dos.

    À présent, elle est postée sur leur chemin, garante de leur sécurité. Toute sa journée leur est consacrée. Elle est bénévole, c’est elle qui a choisi de venir ici, pour leur bien-être.
    Ils passent devant elle, par petits groupes. Elle les salue, leur indique le chemin à suivre. Ils lui répondent rarement.
    Elle a ce polo bleu qui la désigne comme membre du personnel aux yeux de tous. Qui la rend invisible. D’ordinaire, on l’admire pour ses boucles blondes, pour son sourire. Ici, tous les regards ricochent sur elle sans la remarquer.

    À chaque nouveau groupe, elle s’approche. Avec un grand sourire, elle le salue. À ceux qui lui répondent, elle donne les informations. Les autres passent sans s’arrêter. La douleur au dos se fait plus insistante.
    S’ils prenaient le temps, elle pourrait agrémenter leur visite de quelques anecdotes : elle connaît si bien ces vieilles pierres ! Ils lui refusent ce plaisir.

    Pourtant, elle aussi a une vie. Un amoureux qui l’attend, à qui elle donnera sa vie. Des passions variées qu’elle retrouve parfois chez ses touristes. Elle voudrait leur en parler, mais son élan est coupé par leurs visages peu engageants.
    En passant près d’elle, ils effleurent un monde qu’ils ne soupçonnent même pas…, qui s’étiole un peu plus chaque jour, alors que personne ne s’y intéresse.

    Elle salue une famille. Les parents ne la voient pas. Traînée par leurs mains, une petite fille de six ans se retourne pour sourire au polo bleu.


    C'est comme une bombe énergisante qui explose dans le cœur de la jeune fille. Un seul sourire dans cette journée maussade, c’est toute une ondée de bonheur qui déferle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire